Ride du directeur, Rimouski 11 août 2012

Chaque saison, le directeur du chapitre planifie une ride à ses couleurs.  Il invite les membres à le suivre dans ces folies.  Cette année, notre directeur souhaitait visiter le sous-marin Onondaga situé en cale sèche au port de Rimouski.  Sur ce même site, le musée sur l’Empress of Ireland nous dévoile également l’histoire de ce naufrage de 1914 qui a passé inaperçu à cause de la première guerre mondiale. Il y a aussi le phare que nous pouvons visiter jusqu’en haut complètement.

Samedi matin, un groupe de 6 personnes sur 4 motos est parti vers Forestville.  Départ sous un ciel gris, température aux alentours de 13 degrés.  Un arrêt pour retrouver un sac d’imperméable qui s’était échappé d’une sacoche de moto mal fermée, un arrêt pour prendre une doublure de manteau, afin qu’un membre puisse se mettre plus au chaud durant la randonnée, un arrêt pour faire le plein d’essence, donc nous voici enfin en route vers le traversier de Forestville.

Pas de pluie, mais nous devons quand même vêtir nos imperméables car les routes sont mouillées et les voitures font lever de la bruine qui nous éclabousse.  Nous avons eu seulement de la petite pluie fine arrivés à la ville Longue-Rive qui est tout prêt de Forestville, mais de la pluie fine poussée par un vent assez fort ça pince au visage pis ça entre dans nos lunettes !   Nous avons vite compris pourquoi la municipalité de Longue Rive organise un Festivent la fin de semaine du 25 août prochain, car du vent il y en a pour faire tourner tous leurs vire-vents plantés partout sur les terrains privés.  De toute beauté.

Pendant toute notre randonnée, le temps était gris et les nuages bien bas.  On devinait le fleuve et la brume donnait un aspect fantomatique au paysage. Parfois on voyait surgir une bosse ronde et noire sur la surface de l’eau.  On pouvait s’imaginer voir une baleine venant respirer mais la fameuse bosse restait immobile.  Le vent avait tout simplement dispersé la brume le temps de quelques secondes, le temps d’une illusion.

Un autre groupe de 6 personnes est parti du Saguenay la veille afin de nous rejoindre à Rimouski pour la visite du sous-marin.  Ces membres préféraient éviter de prendre le traversier de Forestville car il semblerait que l’an passé le fleuve avait causé plusieurs hauts le cœur !!   Bien imaginez-vous donc que le fleuve a remis ça encore cette année mais moins pire que l’an dernier.  Le personnel du traversier se souvenait de cette journée d’enfer et nous a dit que depuis cette fameuse traversée le fleuve avait été d’un calme plat jusqu’à ce samedi 4 août. Le fleuve nous attendait ! Nous sommes partis avec près de 45 minutes de retard et avons pris deux heures alors qu’il n’en faut habituellement que 1h15 pour traverser jusqu’à Rimouski. Le traversier a dû rester à Rimouski car trop mauvais pour revenir.  Personne de malade heureusement mais il s’en est fallu de peu pour que les petits sacs blancs soient nécessaires.

Avec la nouvelle technologie au bout de nos doigts, nous avons pu informer le groupe nous attendant sur terre de notre retard et leur avons proposé de commencer la visite sans nous.  Les deux groupes se sont finalement rejoins vers 16h30.  Le deuxième groupe n’a toutefois pu visiter que le sous-marin faute de temps.  On devra donc y retourner un de ces jours pour finir la visite mais chose certaine, ce ne sera pas par voie maritime !

Les douze personnes ensembles ont passé une très belle fin de journée autour de bouteilles de vin et d’un bon souper au restaurant directement à côté de l’hôtel où nous couchions.

Le lendemain matin, retour par le parc de Québec.  Nous avons fait un arrêt à St-Jean-Port-Joli pour visiter le musée L’Épopée de la moto où plusieurs modèles et marques de motos datant de plus d’un siècle à aujourd’hui sont exposés.  Très intéressant.

Arrêt dîner et ensuite direction parc des Laurentides.  Le soleil nous a accompagné jusque là.  Nous avons toutefois préféré jouer sûr en gardant nos vêtements chauds pour traverser le fameux parc de Québec.  Ce parc est réputé pour nous faire vivre des températures hors des saisons normales.  Heureusement, nous avons été chanceux car aucune pluie n’est tombée durant le chemin du retour, à l’exception du groupe de Saguenay qui n’a eu que le bas des pantalons mouillés par quelques gouttes de pluie en arrivant à la maison et aussi d’un couple de St-Félicien qui lui a été littéralement inondé à St-Félicien même.

Merci aux douze invincibles qui ont acceptés de suivre leur directeur.  Notre directeur a pu enfin visiter ce sous-marin qui le mystifiait tant, mais ce sous-marin, tout impressionnant qu’il est, n’aurait pas eu autant d’intérêt s’il n’avait pu le partager avec vous.

On peut être devant le plus merveilleux paysages qui soit mais si nous n’avons personne avec qui le contempler, ce même paysage est beaucoup moins éclatant.

Merci encore une fois de nous suivre dans nos folies.

Louise Limoges

Comments are closed.