Dîner à La Grange, Petit Saguenay 3 octobre 2009

Dernière randonnée de la saison, 3 octobre, début d’automne.

Nous avons été dîner au resto-bistro Lez’Arts (baptisé la Grange par Jean-Yves Lepage) à Petit Saguenay et non Rivière Éternité comme nous avions mentionné dans notre calendrier.

Partis de St-Félicien sous la pluie à quelques 6 degrés celcius, 7 fous de la motos, ou fous tout court !! habillés avec quatre doubles dont la dernière couche en tissu imperméable, ont pris la route vers St-Bruno où 2 autres « fous » les attendaient.

La pluie a cessé à ce point de rencontre mais nous avons quand même gardé nos multiples épaisseurs.

Direction La Baie, au nouveau Tim Horton, pour nous réchauffer autour d’un café ou chocolat chaud.

Les couleurs étaient magnifiques: doré, orangé, quelque beau rouge flamboyant, jaune or avec des touches vert tendre comme au printemps. Le ciel plus dégagé nous permettait de voir les montagnes avec le fjord à leurs pieds.

Accompagnés de plusieurs volées d’outardes, nous avons valsé sur les routes conduisant à Petit Saguenay. Huit motocyclettes au total. Petit groupe mais grande complicité dans les détours.

Les hommes se montraient prévenant envers les ladies: éviter une lumière rouge dans une pente abrupte, aider à reculer dans un stationnement restreint, relever une moto qu’un a fait tombée ! Nous avons même eu un membre qui est venu en renfort à Métabetchouan (par hasard) et a donné des « hot shot » à deux ladies pour réchauffer leurs mains. Eh oui, les gentlemens existent encore !!

En passant, avez-vous déjà lu les instructions sur les enveloppes des « hot shot » ? Lu hors contexte, cela peut laisser penser à des choses assez subjectives, tel que « il suffit d’ouvrir l’emballage et d’exposer le paquet à l’air, pas besoin de secouer, donne de meilleurs résultats s’ils sont placés dans un endroit fermé ». Une membre ayant peut être l’esprit plus mal tourné a pouffé de rire après avoir entendu le « pas besoin de secouer » et craché sa gorgée de liqueur en disant qu’elle n’était plus capable d’avaler.

Après un bon dîner, nous avons repris la route pour faire un autre arrêt à La Baie. Les dames doivent arrêter plus souvent quand il fait froid. Il semblerait que le froid ait un mystérieux effet sur les dames.

En repartant de La Baie, Mlle La Pluie, fille de Dame Nature, nous attendait pour nous escorter jusqu’à destination.

Même si l’automne nous a arrosé au début et à la fin de notre randonnée, le voyage en valait la peine, simplement pour voir les couleurs des montagnes et de notre amitié.

Merci à vous et nous, les 9 fous, pour cette belle journée de complicité.

Louise Limoges

Comments are closed.